La beauté est vérité, vérité beauté

Citation de John Keats.

Dans la beauté, dans les "gens qui se maquillent" (que ce soit juste le teint ou la totale), je range les gens en deux catégories. Il y a ceux qui prennent le maquillage comme une manière de se sublimer, un moyen d'être "eux en mieux" et il y a ceux qui voient le maquillage comme un cache misère, un moyen d'être quelqu'un d'autre.

La première catégorie va pouvoir sortir nue du visage car quand tu veux sublimer quelque chose c'est qu'à la base il y a quelque chose à sublimer, quelque chose que tu trouves joli. Tu vas trouver la forme de tes yeux jolie mais la couleur de ceux-ci un peu fade : hop un petit make up qui met le tout en valeur. Mais au final ce n'est pas obligé, ça ne l'est jamais.

La deuxième catégorie ne sortira jamais nue du visage. Parce qu'elle se trouve vraiment moche, quelconque, insipide. Quand elle se regarde dans le miroir, elle verra toujours un truc à changer, ce n'est jamais parfait et en se fardant elle arrive au final au résultat qu'elle veut. Un autre soi, quelqu'un qu'elle trouve joli mais qui n'est pas elle.

 

J'ai commencé à me maquiller en avril 2012, à peu près. J'avais regardé beaucoup de vidéos Youtube avant de rentrer dans Sephora. Je ne voulais pas me tromper, je voulais faire comme les autres. Certaines sont si belles, tu te dis que toi aussi tu veux ressembler à ça ! J'ai acheté la Naked 1, un correcteur MUFE et un fond de teint HD Mufe.

 

À ce jour, le fond de teint n'a jamais été ouvert, même pas swatché, rien, il est dans une boite en attendant d'être vendu car je ne l'utiliserais jamais. Il est pourtant parfait pour moi, le rendu est nickel (je me souviens encore de mon visage dans le miroir du Sephora, c'est dire ^^), il me rend parfaite.

Sauf que je ne le suis pas, parfaite, et que je ne veux pas l'être. Ce n'est pas moi et ça ne le sera jamais. Au début, je ne l'ai pas utilisé car je n'avais pas de poudre et je me souvenais, dans la rue après l'essai chez Sephora, ma peau collait et la vendeuse m'avait dit qu'il me fallait une poudre pour fixer tous ça. Donc, je l'ai mis de côté en attendant. Arriva tout le tintouin (ça s'écrit comme ça ? oO) sur les BB Cream et j'ai investi dans celle de Unt, comme le bon mouton que je suis :) Chaque matin, je la mettais, j'adorais le rendu même si sans poudre ça "bavait" un peu au niveau de la joue, là où ma main retient ma tête. J'adorais, j'adore toujours. J'étais belle, j'étais wahou, plus de boutons, plus de tâches, j'étais quelqu'un d'autre. Mais, très vite j'ai arrêté, cela aura duré un petit mois. Parce que ce n'était pas moi et que quelque chose m'a dérangé dans le fait de montrer aux autres quelqu'un que je ne suis pas.

Tu pourras arguer que cacher ses défauts ne veut pas dire ne pas être soi-même mais pour moi c'est le cas. Chaque soir, quand je me démaquillais, j'avais cette impression de retirer un masque tellement la différence était flagrante entre moi et ce visage. À 12 ans, cela faisait 5 ans que j'avais de l'acné. Encore maintenant, j'ai parfois des crises mais, heureusement, cela ne dure pas longtemps et les boutons sont "légers". Je pense que pour certaine je suis défigurée pendant ces périodes mais à côté de ce que j'avais avant c'est pinuts ! Dans ma famille l'acné est forte, très forte, trop forte. Mon oncle et mon cousin ont commencé à avoir de la barbe à 25 ans. Avant, il n'y avait pas la place pour faire pousser des poils au milieu des boutons. Je me souviens de nuit où je ne pouvais pas me coucher sur le côté de mon visage à cause des boutons douloureux et énormes que j'avais. Alors, c'est sûr que des cicatrices j'en ai. Des creux, des tâches, des bosses, c'est mon visage. C'est ce que je vois chaque matin et c'est très bien comme ça !

Je ne me débarrasserais je pense jamais de mon acné ni de mes tâches, pas totalement. Et je m'en fiche. C'est moi, c'est à ça que ressemble mon visage et je m'aime comme ça. Je peux me regarder dans le miroir, sans maquillage, et me faire un clin d'oeil coquin : "ouais, t'es trop bonne". Je peux et j'adore le faire.

Et je ne veux plus jamais rentrer dans cet esprit de me cacher, de me transformer. Je vous parle de ça car, hier, pour l'anniversaire de mon copain j'ai voulu être parfaite. Et à trop vouloir, j'ai reproduit le même schéma.

 

C'te tête de hibou-hou-hou !

 

Ça me fait une tête un peu rouge mais c'est un effet d'optique.

 

Alors, oui je suis belle, je me trouve belle, mais ce n'est pas mon visage. Ce n'est même pas moi en mieux c'est quelqu'un d'autre.

Ça c'est moi (juste après le démaquillage), dans ma salle de bain:

 

Ah, mon gros pif j'y peux rien, je sais pas encore bien prendre me prendre en photo pour réduire sa taille XD

 

J'ai des tâches, des petits boutons rouges, une grosse cicatrice sur la joue mais m'en fiche. Chuis trop belle et je ne veux surtout pas arrêter de m'aimer car je me serais trop habituer à cette autre fille que je peux être si je me "platre" (c'est mon avis, ça n'engage que moi) trop.

 

Cet article n'est pas là pour lancer un débat, chaque personne fait comme il veut, vouloir être quelqu'un d'autre n'est pas un crime, je veux dire, mon but n'est pas d'affirmer que telle ou telle catégorie est la mieux. Nan, j'avais juste envie de vous partager mon point de vue sur la beauté et le maquillage et découvrir dans quelle catégorie vous vous placeriez et pourquoi ? :)

 

Commentaire (9) Clics: 4148

Violé par les mots

 

 

 

Source photo.

 

Hier, je n'ai pas pu continuer à nier l'évidence. J'ai un problème. Pas dans ma tête, ça j'en ai pleins mais physiquement, sexuellement. Je vais devoir aller voir un gyneco. Là, tu te dis que ça sent l'article où je vais me plaindre de devoir aller faire un contrôle alors que des filles meurent chaque jour d'un truc parce qu'elles n'ont même pas accès à un gyneco. Ouais, je sais, je vis dans un monde riche et je n'arrive même pas à m'en satisfaire.

Mais il se trouve que, nan, ce n'est pas le sujet. Ce qui me dérange n'est pas d'aller faire un examen de routine mais de me mettre nue ou à demi nue, jambe écartée, assise devant quelqu'un que je connais pas.  J'ai déjà du mal à accepter cela du Loup alors d'une inconnue (hors de question de voir un homme !) qui sera surement froide, qui me traitera comme un énième dossier. Ça ne sera surement pas de sa faute, elle est là pour faire son boulot pas devenir mon amie. :)

Avant de continuer, il faut que tu saches que j'ai été violée, plusieurs fois. C'est pas quelque chose dont je parle souvent mais je ne le cache pas non plus. Quand ça a son intérêt dans la conversation je n'ai pas honte de ce que j'ai vécu et je suis capable d'en parler. Avec un petit tremblement dans la voix mais ça passe, je gère. Le Loup sait. Petit Vautour aussi. Les beaux-parents je ne sais pas, je crois mais je ne suis pas sûre. Ma famille ? Oui et non, c'est compliqué.

Alors, quand Le Loup me pousse à aller chez le gyneco, quand hier soir on en a parlé, j'ai craqué et j'ai abordé, d'un coup, comme ça, le sujet et j'ai lâché un détail sur ce qui m'était arrivé. Des détails qui explique pour beaucoup ma peur des gyneco. Détails dont je ne parlerais pas ici, c'est bientôt l'heure de manger je ne voudrais pas vous dégouter. :p

 

Je m'en veux. J'ai l'impression de lui avoir donné un bout de moi qui va le faire fuir. Je sais que c'est bête mais je l'ai senti un peu différent après (ce qui est normal vu que l'on a  jamais véritablement abordé le sujet, c'est pas sa passion, hein !)(heureusement !) et je me sens comme... Toute la journée j'y ai pensé. Est-il dégouté ? Va-t-il y penser à chaque fois que l'on fera l'amour ? Va-t-il avoir peur de faire certains gestes, peur de réveiller en moi des souvenirs ? Alors qu'avant il ne se posait pas ses questions, j'ai peur qu'il ne se prenne la tête jusqu'au moment, où, lassé, il partira car sortir avec une fille comme moi c'est "trop bizarre". Chuis "trop bizarre".

J'aimerais revenir en arrière sur ma confession, j'aimerais gardé ce petit bout de moi, cette part d'ombre, ce morceau qui montre que la Fluffy toujours souriante, jamais en train de pleurer (sauf hier) n'est qu'une façade qui cache.. Qui me cache moi. Je crois que c'est ça qui me perturbe le plus. Je ne montre aux gens que ce que je veux bien leur montrer de  moi. Je suis la gamine toujours en train de blaguer, mes collègues me voient comme le joyeux luron jamais déprimé par le taff aussi pourri qu'il soit.

Mais voilà, après ça, il sait. Et si mon vrai moi ne lui plaisait pas ? Et s'il avait déjà assez problèmes dans sa vie sans avoir à s'occuper d'une petites chose fragile pleine de peurs et de sombres secrets ? Et si ses problèmes c'étaient moi ?

 

 

 

 

Commentaire (5) Clics: 2419

Reine du bon goût, bonjour !

 Le bout goût c’est subjectif. Des choses qui me paraissent moches et de mauvais goût ne vont pas l’être pour d’autres. Exemple : les chaussettes dans les escarpins ou bien les sandales c’est no way chez moi. Pour certains c’est un style qui leur va bien. Je trouve ça moche mais ça reste mon avis, un avis subjectif.

Ce qui compte c'est comment vous vous ressentez et comment vous vous trouvez jolie. Si vous voulez mettre les deux mêmes boucles d'oreilles de chaque côté c'est parce que vous en avez envie et non pas suite au regard douteux d'une donzelle mal baisée qui passait par là.

Donc, si je veux accentuer mes lèvres et mes yeux, je fais comme je le sens. Et si je veux atténuer telle ou telle partie de mon make up c'est parce que je ne me sens pas à l'aise avec et sûrement pas à cause du regard des autres.




C'est important de se sentir à l'aise, d'être au juste milieu de ce que vous aimez : ni trop ni moins. Pas assez maquillée à mon goût je me sens sale, moche, pas fun. Mon caractère va donc se mettre au diapason de ce que je ressens. Alors que, dès que je me maquille, pouf ! J'ai envie de sourire, je me sens sensuelle, sexy, regardable, j'ai envie de sourire (sauf quand j'ai un gloss qui a tendance à couler sur les lèvres :p), je suis plus naturelle et bien plus abordable ! Et pourtant, ce que je trouve naturel et beau chez moi est carrément excessif pour d'autres. C'est pour ça qu'il faut vous écouter et faire selon vos envies, quoique puisse dire certaines blogueuses/youtubeuses beautés ou même des "amies".

C'est vous, la reine de votre bon goût ;)

 

Commentaire (1) Clics: 1941

Femme, relève-toi !

Prouve que tu existe ! Ce monde n'est pas le tien, va ! Refuse ce monde égoïste !

Qui a dit que nous ne menions pas de forts combats avec la variété française?

L'heure est grave mes amies. L'heure est grave. En ce jour de 14 décembre, à la veille de presque la fin du monde nous devons nous battre. Nous ne devons pas nous laisser marcher dessus ! Nous avons déjà plus qu'assez perdu de nos valeurs: le "mademoiselle" si chère à mon petit cœur de demoiselle sensible ou bien la galanterie (ça m'arrange pas cette affaire, moi qui ai toujours 4 000 trucs dans les bras). Non, nous ne devons pas laissé faire ça !

Alors, venez combattre à mes côtés contre cette infamie :


La putain de bordel de lunette de chiottes relevées !!



Ah ce bord si froid contre mes fesses dodues mais fragiles. Ce bord constellé de tâches douteuses, pas lavé depuis 2 semaines (Bon, ça c'est un peu aussi ma faute...) venant se coller à ma peau si douce. Quel crime immonde !

Tu sais que j'aime enfoncer des portes ouvertes mais est-ce que je laisse le pot de Nutella ouvert après m'en être servi ? Non. Est-ce que je laisse la porte d'une magasin ouvert après être rentré dedans, en plein hiver ? Non. Est-ce que je laisse l'eau couler après avoir fait la vaisselle? (Ça marche aussi avec l'aspirateur, le fer à repasser, etc...) Non. Non. et NON !

Alors pourquoi? Mais pourquoi es-tu si méchant ? Est-ce une phobie de la lunette baissée ? As-tu vécu un drame, enfant, avec une lunette baissée, un dragon affamé et des lutins farceurs? Y-a-t-il un secret transmis entre homme sur la lunette ? Non, je ne crois pas.

Au choix. T'es con, et ça c'est déjà amplement plus plausible. Donc, autant tu arrives a te souvenir des raccourcis pour chaque attaque dans WoW autant t'arrives pas à te souvenir de laisser la lunette dans l'état où tu l'as trouvé. Soit. Ou alors, tu le fais exprès, choix encore plus vraisemblable connaissant ton gêne sadique. Dans tous les cas, ça me pète les reins sévère et j'ai décidé de ne plus laisser faire ça. Il suffit ! Que diantre, je ne me laisserais plus malmener de la sorte !

Ce matin, j'ai combattu pour la première fois pour notre cause et j'ai gagné ! Une petite victoire mais le début d'une grande aventure ! J'ai boudé le spécimen masculin pendant près d'une heure et demi, refusant net le "bisous d'au revoir" tant que je n'aurais pas des excuses. Un petit sms tremblant m’annonça enfin les 3 petits mots que je voulais: "je suis désolé".

Alors, les filles, je vous invite à venir combattre à mon côté, ne vous laissez pas rabaissée, seulement la lunette ! Aux armes citoyennes !

Commentaire (0) Clics: 1989

Quand on a rien à dire, on s'tait !

Comme aimait si bien dire ma grand-mère. Nan, j'déconne, j'ai pas de grand mère.

En ce moment, j'ai beaucoup de boulot et je n'ai pas eu le temps ni de me maquiller (bon ça c'est aussi la faute à la Fée Gastro) ni de me vernir les ongles.

Et paf ! C'est comme ça qu'on tombe dans les oubliettes du fort Boyard de la blogosphère.

Alors je me suis demandée ce que je pouvais bien vous raconter, parce que ouais, j'ai rien à dire mais j'avais envie de le dire.

Alors j'ai demandé au Loup ce sur quoi je pourrais putasser (je putasse, tu putasses, nous putassons...) et il m'a sorti "Bah… Sur moi". Faut savoir que le Loup a un ego surdimensionné qui parfois l'empêche de mettre ses chaussettes (ou alors c'est parce qu'il oubli de mettre ses lunettes)(Le Loup est aussi un peu bigleux).

Le Loup a un métier chiant à mourir dans un domaine très passionnant, le jeu vidéo. Il est donc très fier d'épater chaque personne qu'il rencontre avec son CV même si chaque soir il pisse sur la poupée vaudou de son patron. Amen.

Des fois, je me demande ce que je fais avec lui, comment je fais pour le supporter. Mais bon, vu qu'il supporte toutes mes névroses on peut dire que ça s'inverse.

A l’opposé, je me demande ce qu’il fait avec moi, l'opportuniste qui squatte chez lui parce que payer un appart’ c'est grave trop cher, qui ramène toutes ses affaires qu'un espace Renault peine à emporter (et je n’ai pas pris toutes mes chaussures…), qui le rejette sans arrêt parce qu'elle ne veut pas s’ engager mais qui, en totale contradiction, va lui demander de s'engager (quand je vous disais que j'avais du culot)(Et des névroses).

Plus sérieusement, je ne sais pas pourquoi je fonctionne en double mais je fais toujours le contraire de ce que je dis. Alors quand il est partit au Japon pour se retrouver professionnellement parlant je lui ai dit "Casse-toi, si t'es pas foutu de voir la perle que t'as chopé, un autre le verra bien !" (Fluffy, reine de l'élégance). Et trois jours plus tard, je le redemandais en couple sur FB parce que bon, faudrait voir à ne pas déconner, c'est fini de jouer. Et ainsi de suite. Je vais me braquer à chaque adversité dans notre couple pour, après, lui parler de mariage.

D'ailleurs, lui, il ne veut pas se marier. Alors moi, un coup je dis « chouette, toute façon j'veux pas m'marier » et l'autre fois j'ai la banane à chaque affiche de Salon de mariage que je vois dans le métro. Je suis une lunatique de l'engagement. Ça doit être ça.

Le pire, peut être, c'est qu’il l'accepte, ne dit rien et supporte mes sautes d'humeurs. Et surtout, il m'aide, en me laissant vivre chez lui pour pas cher parce que j'étudie encore et pas lui, à déménager parce qu'il a le permis et pas moi ou même à voyager parce qu'il a de l'argent et pas moi (enfin si un peu, mais pas beaucoup). Et franchement, quand je vois combien on est si différent je me dis que la vie est vraiment bien faite et que même si j'ai jamais eu de bol pour l'instant, je commence à croire que ma bonne fée existe. Parce que sans lui je ne serais pas en train de finir ma 5ème année d'étude toute salie joyeuse que je serais à danser autour d'une barre pour payer mon loyer (maintenant, je le fais juste pour le plaisir :) )

Alors toi, Le Loup, qui ne me lis jamais, merci beaucoup d'être ce que tu es. Voila, c'est bientôt nos 2 ans et je deviens mièvre. Lapidez-moi.

Le Loup et moi, lorsque l'on putasse sur les voisins.


Un jour, si vous êtes gentil, je vous raconterais comment on s'est rencontré (ça parle d'une salle de classe, de cheveux bleus, de DJ Hero et d'un canapé :) )

Allez, je vous laisse sur cette chanson qui est un peu notre chanson (et celle d'un milliard de couples mais j'vous merde et pis voila).

Commentaire (0) Clics: 1654