Dernier trimestre : Corps, je te hais !

 

Comme on s’retrouve ! Et cette fois-ci, pour la dernière partie de ma grossesse, le troisième trimestre, la dernière ligne droite, le vendredi après-midi comme on l’appelle dans le milieu (partie 1 et 2 ici, si t'avais loupé).

Alors le mien a été mouvementé et court. Ça m’arrange au final parce que ce ne fut pas une période très jojo pour moi (Pour qui ce le fut, hein ?). Si vous vous souvenez bien, mon deuxième trimestre avait commencé par des malaises puis j’avais quitté mon travail. Enfin, les malaises partirent, me laissant moi et mon ventre, profiter pleinement de ce congé maternité sacrément en avance. C’était le début de l’été et j’ai grave kiffé ma mère. Entre les balades sous les rayons du soleil, les belles robes d’été qui me mettaient en valeur (et pas ces vieux leggings qui me font 4000 bourrelets !) et les repas en terrasse je pense, honnêtement, que c’étaient les plus beaux jours de ma vie. J’ai vraiment un souvenir de plénitude pendant ces deux mois. Puis vint le troisième trimestre.

 

Quand il faut savoir s'arrêter

 

On m'a déjà demandé pourquoi je n'avais pas attendu d'avoir mon enfant pour organiser ce mariage ou bien d'avoir attendu d'être mariée pour tomber enceinte. En gros, pourquoi me suis-je embêtée à vouloir les deux en même temps au risque de devoir sacrifier l'un des deux ?

Et depuis que je me suis lancée dans ce projet, je me suis souvent posée la question, me disant dans ma tête "Ah, si je n'étais pas en congé...", "Si j'avais plus d'argent...". Mais en fait...

 

BULLSHIT

 

On se marie ! C'est le repas de notre vie !

 

Entre deux « Je vais divorcer, CONNARD ! » et « On n’est pas encore mariés alors casseuh toi ! », nous tentons (enfin, JE tente hein, l’autre subit) d’organiser ce qui semble être pour tout le monde le plus beau jour de notre vie. Ça va, ça fout pas la pression déjà !

Les sommes déjà engagées constituent un joli pactole que l’IFS ne bouderait pas, voyez-vous. Quelles sommes, vous demandez-vous, avides que vous êtes de savoir si oui ou non il y aura une sculpture en cochonou au centre de la salle. La salle déjà mais, et surtout, le traiteur ! C’est notre première dépense dans le budget total et on visualise tout de suite qui on est quand on voit qu’on paye plus cher de bouffe que de lieu. Assis par terre OK mais avec du caviar ! Je n’en ai pas encore parlé ici, je m’en vais donc de ce… Tapage au clavier ? Y remédier.

 

Les dents de Montréal

 

J'avais décidé de prendre un petit déjeuner dehors, une petite folie que je ne m'octroie pas souvent, pas assez à mon goût en tout cas.

Je me suis installée pépère avec mon bol de chocolat chaud, mes tartines beurrées et mon jus d'orange sur ma chaise qui fait aussi transat (l'innovation n'a plus AUCUNE limite). J'ai lancé une vidéo Youtube pour me vider la tête m'occuper quand j'entendis un bruit (on n' utilise jamais assez le passé simple). Je me suis  retournée vers le jardin mais je ne vis rien. J'avais bien senti la cigarette de mon voisin mais je ne pensais pas qu'il allait avoir le culot de la fumer dans mon jardin en plus !

 

Le Seigneur des Sapins - Partie 3

Vous l'attendiez tous, voici la 3ème et dernière partie de LA saga de l'hiver 2016 !

J'espère que les fêtes ont été merveilleuses chez vous et si ça n'a pas été le cas et bien... Consolez-vous avec les parties 1 et 2 de l'histoire !