Ça va saigneeeeeeer ! (Revue de la coupe menstruelle)

Je laisse la place à Hannao qui va essayer de nous (oui, oui, moi aussi je vais découvrir un truc aujourd'hui) convaincre de l'intérêt de passer à la coupe menstruelle en lieu et place des protections hygiéniques plus communes. Je donnerais mon avis en fin d'article.

 

Hello, aujourd’hui je viens vous parler de la coupe menstruelle. Si vous êtes sensibles (ce qui m’étonnerait vue la propriétaire des lieux :p), mieux vaut passer votre chemin (ça va pas être glamour). La coupe menstruelle c’est ça:

 


Comme son nom l’indique, ça sert à récupérer le flux menstruel. Je vais pas tenter de vous refaire les pours et contres qui ont déjà été très bien résumés dans la vidéo du site Madmoizelle (je vous conseille de la regarder, je me suis bien marrée).

Pour être honnête, quand Fluffy m’en a parlée pour la première fois, ma première réaction a été : NO WAY ! C’est dégueu ton truc... Et voilà, quelques mois plus tard je viens de passer mon premier cycle avec la mienne. Qu’est-ce qui a changé pour moi? Le côté hygiène, le prix et le confort promis.


Pour l’hygiène, c'est surtout la diminution des mycoses récurrentes qui m'a attirée. J’ai posé la question à ma gynéco qui ne semblait pas connaître plus que ça les coupes menstruelles et ne pense pas que ce soit possible… Après on peut toujours espérer ;).


Pour le confort, avant de me lancer j’ai cherché des infos sur le net. J’ai lu que certaines devaient
en essayer 2 ou 3 modèles avant de trouver la bonne cup… Et au vu du nombre de
modèles (marques, tailles, etc), je ne savais pas trop quoi choisir. Heureusement, j’ai trouvé le
site Easy Cup, qui (à la suite d’un questionnaire), vous donne les modèles qui
qui semblent, à priori, vous convenir le mieux. C’est comme ça que j’ai choisi ma cup: une Fleurcup
petite taille. En plus, détail de taille, on peut garder la cup pendant 12 heures. Aucune autre protection hygiénique de super marché ne peut en dire pareil...

Pour le prix, j’en ai eu pour 20€ sur le site de la marque, frais de port inclus. En général, le prix des
cups varient de 15 à 30€.

 Voilà la bête:

 

 


Bon, la présentation c’est fait mais à l’usage? Mieux vaut y aller doucement. Au début du premier cycle, j’ai commencé à l’utiliser le soir mais pas la journée au travail. Quand je me suis sentie à l'aise (au bout de quelques jours) j'ai pu l'utiliser pendant toute une journée de travail. Il faut la plier pour la mettre, personnellement je n’arrive pas avec le classique pliage en C de la notice. Sur ce lien, il y a plusieurs pliages. J’utilise le "push down". Il faut vraiment choisir le pliage qui vous convienne puisque c'est comme ça que vous allez introduire la cup dans votre vagin.

 

Ça peut paraître con mais attention, il ne faut pas la mettre trop haut sous peine de galérer sévère au retrait… Pour les manipulations (retrait ou insertion), mieux vaut se mettre dans sa douche/baignoire/WC peu importe mais pas au dessus de quelque chose qui puisse se salir (glamour quand tu nous tiens ;)). Sachant qu'il faut attraper la base de la cup (et pas la tige !) ça peut vite devenir galère. Comme indiqué dans la notice, il ne faut pas paniquer et se détendre mais bon le retrait prend quelques minutes au début. Il faut se donner le temps d'apprivoiser la bestiole.

Petit conseil bonux: évitez les ongles trop longs (...et oui, je parle d'expérience :-/).


Bilan de ce premier cycle : je ne regrette pas mais je galère encore un peu. Je trouve qu'elle a tendance à "remonter" et j'ai des micro fuites qui ne tachent pas mais bon... c'est pas très agréable. Le confort est vraiment très appréciable, on ne la sent vraiment pas (moins que les tampons). Il me faudra encore un ou deux cycles pour maîtriser les manipulations mais déjà au bout d'un cycle ça va beaucoup mieux. Après, je garde encore des protections "classiques" pour
les jours où je ne veux pas me prendre la tête ou les jours où je sais que je serai en
dehors de chez moi pendant plus de 12h (je ne me vois pas la changer ailleurs
que chez moi et j'ai régulièrement des journées de plus de 12h)...

 

 


Alors tentée ou c'est vraiment pas ragoutant pour vous ?

 

Donc (c'est Fluffy), je vais donner mon avis de meuf qui a peut-être été la première à en parler mais qui n'a pas encore osé l'essayer (ou plus simplement, j'avais oublié son existence...). Je vais m'y mettre, c'est sûr. Mais, comme Hannao, pas exclusivement. Ça sera pour les soirs, les week ends, les petites journées.

Je suis pas fan du tout de l'insertion et du retrait, je voue un culte à l'inventeur de l'applicateur à tampon et devoir revenir à l'ancienne (c-a-d mon collège) avec la fouille archéologique à l'intérieur avec la petite lingette nettoyante à côté pour ne pas salir ses fringues, c'est old school. Si tu appréhendes la prise en main, rappelle-toi le premier tampon que tu as tenté de mettre, tu ne mettras pas plus de temps à t'y   faire !

 

Maintenant, je vais te donner quelques chiffres qui vont peut-être te faire passer au dessus de ces petits inconvénients (en tout cas, ça marche pour moi) :

Une femme utilise en moyenne 280 protections jetables par an (ça fait environ 70€). Les protections sont en générales faites d'un mélange de viscose et de coton pas du tout biologique avec tous les pesticides que ça inclus (plus d'autres trucs pas cools). Cette blogueuse a traduit une étude américaine sur la composition des tampons de la marque Tampax (mais étant le leader, comment te dire que ça doit pas être mieux ailleurs) qui te laisse songeuse et apeurée (étude datant de 2009 donc après la première alerte de dioxine dans les tampons de 1995) (j'ai bossé mon sujet, t'as vu ?). Rien qu'avec ça, je pense que je pourrais m'arrêter là. Sinon, je rappelle que la culture du coton est la plus grosse consommatrice de pesticides donc en réduire son usage, même un tout petit peu, ça fait zizir.

 

Mais comme je suis pas une chienne, je me doute que tout le monde n'a pas envie de passer à la moon cup, il existe deux autres alternatives saines et écologiques aux tampons qui sont pas beaux : les serviettes (lavables) ou les tampons, en coton biologique.

Si tu connais/as déjà utilisé un de ces moyens alternatifs fais nous en part, nous sommes preneuses !!

Commentaire (12) Clics: 4529

De comment j'ai ouvert les yeux (c'pas trop tôt)

Je ne m’appelle pas Marie. Ça se saurait si je m’habillais en bleu, si j’avais toujours ma virginité (je rigole intérieurement rien qu'à cette idée) et si je me trainais un mioche à longueur de journée.

 

Franchement, je n’aurais pas aimé être elle, ça ne devait pas être une vie facile que de passer toujours après son fils. Même pas on lui demande si son épisio ça va ou si elle a réussi à allier congé maternité et boulot. Nan, pour sûr, une vie pas facile.

 

Je m’appelle Fluffy et je ne suis pas une sainte. Pour certaines, j’en ai les défauts et à celles-là je vous conseille la petite croix en haut à droite, ça sera beaucoup plus simple pour vous comme pour moi !

J’ai des défauts donc, beaucoup comme tout le monde tu me diras mais j’ai une qualité, une dont je suis sûre : j’essaye toujours de faire mieux. Jamais je n’oublie de me remettre en question que ce soit au travail ou dans ma vie. Quand je fais quelque chose je me demande toujours si je ne pourrais pas mieux faire. Si je devais attendre la perfection je ne ferais jamais rien de ma vie, c’est pourquoi je ne me prends pas la tête. Je fais, je me questionne, la fois suivante je ferais un peu mieux et la prochaine fois je ferais encore un peu mieux. C’est comme ça que j’avance, petit à petit.

 

J’essaye le plus possible de respecter les règles que je m’impose et quand je dois les transgresser je me demande toujours si je ne pouvais pas faire autrement et tu peux être sûre que je ne refais pas deux fois la même erreur !

 

Je suis, comme beaucoup d’entre vous, contre la violence en général mais celle sur laquelle je peux vraiment agir est celle sur les animaux. Mais, et comme beaucoup d’entre vous, j’achetais mes produits sans vraiment me poser la question. Je suis contre, quand je peux je signe une pétition, je me refuse à voir une vidéo où l’on torture des petits lapinous mais j’ai deux paires de chaussures en cuir, mes marques préférées se fournissent en Chine, sciemment je ferme les yeux sur des pratiques qui ne correspondent pas avec ce en quoi je crois.

 

Je crois que l’on peut vivre dans un monde sans torture animal, sans exploitation de personnes, sans violence de tout genre. Ouais, call me Sailor Fluffy (avec la petite jupe et tout).

 

Pour cela, j’avais déjà mes petites actions du quotidien :

-Être (presque) végétarienne et manger le plus de fait-maison possible.

-N’acheter que du faux cuir sauf cas d’extrême urgence et seulement pour les chaussures (et continuer à chercher des boutiques qui vendent du faux cuir).

-Privilégier le plus possible les petites marques, les auto-entrepreneurs français pour mes achats de vêtements, accessoires et bijoux (Bonjour Psycho !).

-Être au courant des pétitions qui courent sur ce sujet et les signer parce que si je ne peux pas me déplacer en Afrique pour sauver les lions, d’autres le peuvent mais ont besoin de ma signature pour faire bouger les choses.

 

C’est, au final, pas grand chose et j’ai quand même sacrément ma part dans cette industrie sale qui dirige le monde et ça commence à me faire chier.

 

Alors qu’il y a quelques semaines je disais à ma sœur que “oui, je suis contre les tests sur les animaux mais tu comprends, mes nouveaux Rimmel sont trop bien !! Et puis en France c’est pas testé.” Maintenant je ne peux plus. Je ne m’explique pas ce changement, pourquoi maintenant et pas l’année dernière ou l’année prochaine ni pourquoi aussi rapidement.

 

Alors bon, qu’est ce que ça va changer concrètement dans ma vie ?

 

Pas grand chose au final, je vais juste continuer dans ma lancée et retirer définitivement la viande de mon alimentation. Je vais bannir complètement les produits testés sur les animaux, bref je vais continuer ce que je fais mais en le faisant complètement. Plus de fausses excuses, j’ai passé l’âge de me mentir à moi-même.

 

Et pour vous, ça va changer quoi ? Parce que je suis bien gentille à parler depuis tout à l’heure mais je vois bien que vous êtes déjà partis compter les fissures au plafond (3 pour ma part).

 

Ce blog va donc devenir complètement cruelty-free. Parfois vegan parfois pas (je ne suis pas contre le lait pour presser les fards, par exemple) mais plus aucune torture animale ou humaine (travail en chine, entreprise qui exploite ses employées, etc..) sur ce blog. Je vais revoir tous mes articles et préciser au début que telle marque n’est pas cruelty-free.

 

Les marques vont changer mais les thèmes aussi. Il va y avoir plus de sujets sur le bio, l’environnement et les petits gestes aux quotidiens qui peuvent apporter de grand changement dans le monde dans lequel on vit. Voilà le grand tournant de ce blog et de ma vie.

 

Quand on est prêt, c’est aussi simple que de respirer. Instinctivement, on regarde si telle ou telle marque est cruelty-free, on check les composants, on prend le temps de vérifier sur le net avant d’acheter, des petits réflexes qui se mettent en place sans y réfléchir car ne pas le faire n’est même pas envisageable. Il faut juste attendre d’être prêt et en attendant que cela arrive, faire pour le mieux et c'est déjà très bien !

 

 

 

Source.

Commentaire (6) Clics: 1512

Et si...

« Do you know where you’re going to ? » me susurre Mariah à l’oreille. À vrai dire, pas vraiment. J’ai fui mon pays pour me reconstruire ailleurs, vivre une nouvelle vie, être une nouvelle moi, fonder cette famille dont j’ai toujours rêvé mais dont on m’assurait que la pouilleuse que je suis n’aurais jamais. Est-ce là une bonne raison de partir ?

Les fins d’années ont toujours été pour moi des moments particuliers où le temps est différent. Seuls moments où je voyais mon père, non pas un avec sourire faudrait pas déconner quand même, sans grimaces sur le visage. Détendus, des amis à la maison, nous ressemblions à une famille « normale ». Y repenser me fait toujours me rendre compte combien je n’étais pas à l’aise, alors que je le voulais tellement, dans cette ambiance de fête qui n’en était pas une. Comment rigoler avec des gens que tu ne connais pas/n’aimes pas ? Comme une sauce aigre-douce un peu trop aigre, ces souvenirs me laissent mi-figue mi-raisin. C’est aussi l’occasion pour moi de repenser à ma vie passée et future, ce que j’ai fait, d’où je viens et où je vais. Quand je suis allongée dans le noir, les loupiottes de ma guirlande électrique éclairant l’appartement, j’ai l’impression d’être dans un autre monde, un monde où j’ai le droit d’imaginer ce que je serais si…

 

Si mes parents n’étaient pas alcooliques. Si inviter des amis à la maison n’était pas le pire de mes cauchemars, m’imaginer une seconde qu’ils puissent savoir ce qu’il se passe vraiment derrière ces murs me foutaient la boule au ventre. Je n’aurais pas été cette fille bizarre qui devait aller chercher les bouteilles à la droguerie du coin et rentrer chez elle en passant dans les petites ruelles pour ne croiser personne. Je n’aurais pas eu peur d’avoir des amis, peur de leur montrer chez moi et eux n’auraient pas eu peur de moi. Si mes parents avaient été normaux…

Si je n’étais pas grande gueule. Si je ne me sentais pas obligée d’ouvrir ma bouche dès que quelque chose me dérange où tout simplement quand mon caractère de cochon se réveille. Je suis toujours la première à gueuler puis après à reconsidérer mes propos, heureusement que dire « désolée » ne me dérange pas vu le nombre de fois où j’ai du le faire…

Si j’étais tombée sur des gens biens, toute ma vie. Si la vie ne m’avait pas appris à me méfier des gens, des hommes, que leurs regards salaces et leurs mains baladeuses sont la pire des choses que peut vivre une femme, une petite fille…

Si j’avais eu de l’argent, j’aurais eu des vacances à raconter à chaque rentrée au lieu du boulot dans l’entreprise familiale à même pas 8 ans. Mes camarades m’auraient trouvée cool, j’aurais eu des choses à dire, j’aurais eu des gens à qui le dire ! La bibliothèque n’aurait pas été mon refuge. Tout, plutôt que de rentrer chez moi…

Ah, si ma vie avait été différente. Et si là, maintenant, je pouvais tout effacer et recommencer ? Oui, mille fois oui je referais tout. J’aime mon homme et cette famille qui va venir s’agrandir mais je suis sûre qu’ils pourraient être différents. La femme que je suis n’est pas bien au fond d’elle. Elle fait semblant, parfois non, parfois les souvenirs remontent et je sais que je serais toujours mal. Que, quoique la nouvelle vie que je me suis construite peut m’apporter en bonheur, je serais toujours cette petite fille qui pleure dans le coin de la cour de récré car personne ne veut lui parler.

Mais cela n’arrivera pas. Alors, tant que les loupiottes clignoteront je rêverais à cette autre vie et lorsque le minuteur s’arrêtera je retournerais à ma vie d’aujourd’hui. Je me glisserais dans les draps, mon homme me happera dans ses bras endormis et je fermerais cette parenthèse. Rêver au passé ne m’empêche pas de construire le meilleur des futurs pour ma famille et d’avancer parce qu’au final, on peut rêver toute sa vie, c’est ce qu’il y a là, devant nous, qui compte au final.

 

Source.

Commentaire (2) Clics: 1439

2014 sera rose !

Il y a des signes qui ne trompent pas : la Naked 3 est rose, mon sapin est rose, même ma culotte est rose ! (je déconne, elle est verte). Le réveillon sera donc rose.

 

Raaaa ces cheveux !! Mais ils font n'importe quoi !!

 

Et comme j'adooooooore le rose j'en profite honteusement pour vous montrer un maquillage assez bling bling mais délicat. Tu vois, le genre de maquillage qui te fais dire : je suis une pouffe avec des sentiments.

Sur le modèle de ce maquillage là, on procède en 9 étape, non pas 8 ni 10 mais 9.

1. Limit en creux de paupière.

2.Trick sur la paupière mobile, sur les 2/3 en partant du coin interne.

3.Factory posé (au pinceau smoky ou eye liner, c'est comme tu le sens) en V dans le coin externe.

4.On estompe le tout quitte à remettre un peu de Limit sur les bords pour bien dégradé Factory.

5.Touche lumière sous l'arcade avec Strange.

Et c'est là, que ça se corse, le liner rose. Là, tu ranges tes momes dans le frigo, tu fous ton mec aux chiottes avec sa DS et tu te Concentres !

6. Tu fais un trait léger et fin de Limit en ras de cil, sur 1/3 vers l'extérieur.

7. Tu tire ton trait d'eye liner rose, j'ai utilisé WoodStock d'urban Decay mais n'importe lequel fera l'affaire. Avec un fard mouillé aussi, hein. On est tolérant, c'est le réveillon ! Tu le fais fin sur l'intérieur, tu le grossis sur l'extérieur et enfin tu l'affines sur la fin pour la pointe. Remonte assez haut quand même pour qu'il se voit. Attention de bien passer le pinceau sous les cils inférieurs sinon ça fera des vieux pâtés tous moches et avec ça, on n'est pas tolérant.

 

 

8. On trace le deuxième trait d'eye liner, celui du dessus. J'ai mis du noir mais si t'es plein de fantaisies tu peux mettre un doré ou une autre couleur chaude (j'insiste, chaude la couleur), ça ira très bien ! On le fait suivre la pointe rose mais pas jusqu'au bout, juste sur le début.

9. Tu fais tes sourcils, ton teint, ton mascara, tout le reste quoi ! Là c'est toi qui gère !

 

 

Allez, met tes plus belles chaussettes, oublie pas ta culotte sinon tu vas attraper un rhume et éclate toi !! C'est le nouvel an !!

 

 

Commentaire (4) Clics: 1290

Revue de Noël : Naked 3 accompagnée de son make up et d'une petite poêlée de dupes.

Je devais juste vous faire un make up avec la palette mais je trouvais ça bizarre de vous publier un make up avant même de vous avoir dit si elle était bien ou pas (la palette). J’en cause sur FB et ma pote me dit que je pouvais faire la revue et le make up dans le même article. Révélation. J’ai entendu une musique des anges (Hero en espagnol de Mariah Carey)(Noël = Mariah Carey, obligé), j’ai compris que j’avais là la mission de Dieu : vous parler de la Naked 3 (enfin, c'est pas trop tôt, je vous entends grogner d'ici).

 

Et toi, jeune (ou pas) disciple, tu vas me lire attentivement car je vais ici te prêcher la bonne parole. Mais d'abord, lance une playlist de Mariah Carey. Si si, tu verras, ma parole t’arrivera plus vite avec.

 

Bref, je retourne à mes moutons parce qu’à la base je devais te parler de la Naked 3 et non de Dieu (même si je commence à me demander s’il n’y pas corrélation entre les deux). La fameuse Naked 3 en rupture de stock tout partout parce que les commerçants ils savent bien y faire pour nous appâter puis nous frustrer avec leurs jolis produits. Je pense être la bonne personne pour vous en parler puisque je l’ai commandé sur le net mais, n’arrivant pas assez vite pour moi, je suis allée en magasin pour l’avoir. Oui, j’ai acheté deux Naked 3 quand certaines n’ont même pas réussi à en avoir une. Que veux-tu, il y a les privilégiées et les autres :D

 

 

Pour les swatchs, je vais t’éviter ça vraiment, tu ne veux pas. (Mais, voici le lien d’un très bon swatch avec une vraie lumière).

Je ne parlerais pas du pinceau vendu avec la palette qui est… tout pourri. Le côté « fluffy » est trop gros, impossible d’estomper quelque chose avec précision et le côté plat bah… il est plat. Rien d’extraordinaire et un peu trop large pour mes paupières. Je reste donc une inconditionnelle du pinceau de la Naked 1 #Nostalgie.

 

 

Ce que je peux t'en dire, à part qu’elle est magnifique tout ça (je pense que t'as compris que j’étais fan) :

-Strange est une super touche lumière mâte mais pas de quoi faire des folies. tu pourras trouver un dupe dans la palette Butt Naked de Nyx (3ème fard en haut à partir de la gauche) ou bien dans la palette Pretty Rebel de Too faced, Dainty.

-Dust  est une daube au même titre que Perversion (Vice Palette et Anarchy) et tous les autres fards crémeux mais pailletés d’UD. À se demander si vraiment ils utilisent leurs propres palettes. N’attend pas quelque chose de flagrant de sa part, vite fait il dépose de très jolies paillettes roses mais c’est tout. Tu pourras trouver un dupe (en moins poudreux et plus opaque) chez Lily Lolo, Pink Champagne.

Burnout est mon fard préféré même si je pense ne pas avoir tout tiré de lui. Très joli dans son cadre il se fait discret sur la paupière.  À mettre avec une base blanche pour qu’il montre sa pleine puissance. Il est beau vraiment et même si j’ai tendance à exagérer quand quelque chose me plait il vaut le coup. Mais, parce qu’on n’est pas des pigeons, un magnifique dupe dans la palette Oh So Special de Sleek, Gâteau.

Limit est le fard mât dont je me sers le plus dans cette palette avec Strange. Je le mets en creux de paupière et il me sert à estomper BlackHeart quand je l’utilise. C’est le fard à mettre en creux quand on veut faire une jolie délimitation entre le creux coloré et la touche lumière. Un bon dupe chez Kiko avec le fard numéro 144 mais je pense que tu pourras trouver cette couleur un peu partout, c'est un classique.

Buzz est un fard dont je n’ai trouvé aucun vrai dupe. Il est très très beau et pour l’instant encore inégalé.

Trick est un joli doré rosé. Il s’associe très bien avec Factory et te fait des yeux de bombasse. Les seuls dupes que j’ai pu trouver se trouvent dans la palette Paraguaya de Sleek (le 4ème en partant de la gauche, première rangée) (mais qui est introuvable, désolée !) ou bien dans la palette Burgundy de Kiko (fard en haut à droite).

Nooner est la version dark de Limit. C’est une couleur bois de rose mâte que vous trouverez dans plein de marques, Sleek, Kiko, Lily Lolo, Yaby… Partout ! Je l’utilise peu, je préfère sa version « gentille » :p

Liar est joli mais pas transcendant. Je ne l’ai encore jamais utilisé et s’il n’était pas dans la palette je m’en porterais très bien. Joli mais oubliable. Il y a le Glazed Rose de Yaby ou le Bonbon De la palette Candy de Sleek.

Factory est un autre fard « dark », le côté sombre de Trick. Je le trouve très ressemblant à Hustle de la Naked 1. Utilisé une seule fois et sans plus.

Mugshot n’a pas vraiment de dupe. Déjà il faudrait que je sois capable de décrire sa couleur pour pouvoir la chercher. Une sorte de rose marronné satiné. Pas encore utilisé car les marrons ne sont pas trop ma tasse de thé, même les marrons rosés. En swatch, il ressemble quand même beaucoup au fard Suspect de la Naked 2 et posé la différence n’est pas flagrante (elle n’est même rien du tout).

Darkside est un, pfff je sais pas, j’ai plus de vocabulaire, ils se ressemblent tous !!  il contient des paillettes roses, c’est le « gris » de la palette. Swatché, il ressemble au fard de la palette Butt Naked de Nyx (tout en bas à droite), les paillettes en moins (mais bon, elles ne se voient pas beaucoup sur la paupière donc…)

Blackheart. Aucun fard n’arrive à la cheville de ce fard et si un seul fard avait pu me faire acheter cette palette, c’aurait été celui-là. Un noir avec des paillettes rouges que l’on ne voit évidemment pas sur la peau. Saleté de fard qui te vend des promesses affolantes dans son cadre mais qui se la joue timide sur tes yeux. N’empêche, il est beau et même si elles ne se voient pas ça le rend moins sombre qu’un simple noir. Son énorme défaut, parce que les fards Ud ne peuvent pas être parfaits, c'eut été trop beau, il poudre. Mais il poudre ! Incroyable. Poudreux + intensité de malade = cocard assuré. À manier avec des pincettes et pas derrière les fagots ! On prend son temps avec ce petit-là, on le savoure !

 

Et comme c’est Noël (non, je ne vais pas t’offrir une Naked 3) et que je te sens frustrée de devoir picorer dans milles palettes pour avoir une Naked 3 (ce qui au final risque de couter plus cher que d’acheter la palette elle-même) voici une palette entièrement dédiée à copier la Naked 3 : Silk Naturals Naked 3. Oui oui, quelques jours après sa sortie, il y a déjà une copie complète de la palette. Pour les plus patientes et les plus fauchées (39 $ la palette de "dupes" quand même), Nyx sortira très sûrement son dupe courant 2014.

Bon, ce n’est pas tout mais j’ai mon ménage de Noël à faire alors sans plus attendre voici un petit make up pas piqué des hannetons pour te présenter cette palette (si jamais tu en veux d’autres fais signe en commentaire).

 

 

1. Fard Limit en creux de paupière. Il va nous servir d'encadrement à Blackheart.

 


 

 2. Blackheart en externe. J'ai fait une pointe, t'es pas obligée, tu fais comme tu le sens. Bien estompé en remettant du Limit sur les bord ET y aller mollo avec BlackHeart. On y va touche par touche ! Sinon ce n'est pas la Papa Nowel que tu vas attirer, si tu vois ce que je veux dire...

 


 

3. La p'tite touche lumière pour parfaire l'estompage de BlackHeart et on met Burnout sur toute la paupière mobile (je te l'avais dit qu'il se faisait discret !)

 

 

4. La p'tite touche féerique qui sert à rien, on met Dust sur Burnout. Avec l'appareil on voit que ça brille plus mais au naturel ça rend rien.

 

5. De gauche à droite sur le ras de cil : Blackheart estompé avec Limit, Burnout et Dust dans le coin interne.

 

6. Un peu d'eye liner, juste pour relever le maquillage mais après si t'as envie d'y aller à coup de grosse virgule, fais toi plaise ! Et un coup de mascara (un de chez So Bio).

 

 

 

Voilà le résultat final, j'ai mis un blush chaud pour relever mon teint et une laque fuchsia car je n'ai pas de RAL dans une teinte qui irait avec ce make up. Donc tant qu'à pas être raccord, autant ne pas l'être jusqu'au bout ! Je vous conseille quand même un bois de rose clair pour aller avec ce genre de maquillage.

(Ah, et n'oubliez pas de maquiller vos sourcils, on voit bien que ça fait une sacré différence !)

 

 

Commentaire (1) Clics: 2424