Au départ !

 

Dimanche dernier, j'ai eu envie de mettre mon corps au défi (sûrement inspirée par la nouvelle saison de Koh Lanta). Mais, plus que mon corps, c'était une partie bien précise de celui-ci que j'avais dans le colimateur : mon périnée.

 Ça va faire plus d'un mois que j'ai terminé les séances avec ma physiothérapeute donc, dans la théorie, ça fait plus d'un mois que je peux reprendre toutes les activités que je faisais avant ma grossesse. En théorie, parce qu'en pratique, quand je fais des jumping jack, je mets toujours ma main entre mes jambes pour m'empêcher de faire pipi (très pratique, vous l'avouerez). Quand je dois sauter, je retiens mes mouvements au cas où tous mes organes auraient décidé de s'enfuir de mon corps (c'est physiquement pas possible mais quand même !). Bref, mon corps était prêt mais ma tête non. Et j'ai décidé que ça ne serait plus le cas.

J'ai enfilé au pied-de-biche mes anciennes affaires de sport, -6° alors on déconne pas trop, hein : écharpe, gants et sous-vêtements en polaire. J'ai chaussé mes Asics que mon mec m'a offert au tout début de ma grossesse à New York en lui promettant "Si ! Si ! Je continuerais la course, même enceinte !" (vous me permettez un petit lolilolage ?) et j'ai fermé la porte derrière moi, scellant mon destin du même coup.

Bon, on ne s'emballe pas, j'ai couru à peine 30 minutes, j'y ai laissé mes poumons dans l'bordel et deux jours après je tentais encore de m'en remettre. Mais, j'ai couru ! Enfin, après 1 an et 3 mois, j'ai putain de couru sa mère ! (Bonus, entre dimanche et aujourd'hui, j'ai couru avec notre nouvelle poussette jogger de Graco et c'était pas mal cool ! Je faisais des bruit de pneus qui crissent dans les tournants et de moteur qui gronde dans les lignes droites et mademoiselle Fluffy avait le sourire jusqu'aux oreilles. Les gens me prenaient pour une dingue mais ça, ça change pas beaucoup de d'habitude :p)

Je ne saurais comment décrire ça mais quand j'ai allumé mon portable sur la liste de musiques que j'écoutais quand je courais encore, une nostalgie s'est emparée de moi. Mais une nostalgie qui m'a fait sourire plus que pleurer. Ça m'a donné des ailes et j'ai commencé la course sur les chapeaux de roues en faisant des sauts de biches. Ce qui qui explique sûrement la perte des poumons sur le trajet, maintenant que j'y pense. C'était vraiment une sensation bizarre et, alors que j'ai re-couru entre-temps bah.. Ça me fait la même chose. En moins fort mais, dès que j'allume mon mp3, les souvenirs des courses remontent à la surface.

Je ne sais pas quand ça va s'estomper, je ne sais même si j'en ai envie mais je suppose que ce n'est pas moi qui décide. J'espère me recréer de nouveau souvenirs, faire de nouvelles courses ou refaire les anciennes, courir dans le noir, le soir d'halloween avec ma sœur, courir sous la pluie, sur la neige, dans le vent, courir pleine de peinture pour la Color and Run, bref, j'ai envie de prendre ce nouveau départ avec le sourire et de ne pas m'arrêter cette fois. Alors, tu cours avec moi ?

 

Commentaire (0) Clics: 979

On se bouge les fesses #4

 

Incredibulu ! La meuf est de retour mais en plus elle fait du sport quoi ! Allô !

 

Et vous, vous en avez fait du sport ? Vous vous êtes un peu bougé pendant mon absence ? Moi oui, mille fois oui ! Mais ça, vous allez le voir au fil des vlogs ! Allez, c'est parti !

 

 

Des bisouuuuusssss sans calories !

 

 

Commentaire (1) Clics: 651

Si ! Si ! L'hiver est fini ! (c'moi qui l'dit !)

 

-6° ressenti -11° ? Rienàfoutre ! Les bottes sont au placard et les foulards sont de sortie ! Le monde entier est d'accord pour dire que l'équinoxe est passée et que nous sommes au...

 

PRINTEMPS !!!!

 

Alors, chère météo, tu vas gentiment aller ranger ta neige et nous donner du soleil (sinon, on t'éclate ta race, OK ??). Na mè oh ! S'est crue où, celle là ??

 

 

Bref, me voici de retour pour vous présenter les produits que j'ai utilisé et terminé cette saison. J'aime fêter la fin de l'hiver car j'ai l'impression de sortir d'un gros tunnel noir (et au Canada c'est encore plus vrai qu'en France !). Comme beaucoup de gens, le printemps me motive à me sortir les doigts du cul et à réaliser (enfin essayer) tous les projets que j'ai en tête. Quelle seront vos résolutions cette année ? Moi, j'aimerais finir mon roman, coder quelques applications, perdre du poids et me trouver un job !

 

On reprend le rythme habituel alors à mercredi !

 

 

 

Commentaire (0) Clics: 658

Dernier trimestre : Corps, je te hais !

 

Comme on s’retrouve ! Et cette fois-ci, pour la dernière partie de ma grossesse, le troisième trimestre, la dernière ligne droite, le vendredi après-midi comme on l’appelle dans le milieu (partie 1 et 2 ici, si t'avais loupé).

Alors le mien a été mouvementé et court. Ça m’arrange au final parce que ce ne fut pas une période très jojo pour moi (Pour qui ce le fut, hein ?). Si vous vous souvenez bien, mon deuxième trimestre avait commencé par des malaises puis j’avais quitté mon travail. Enfin, les malaises partirent, me laissant moi et mon ventre, profiter pleinement de ce congé maternité sacrément en avance. C’était le début de l’été et j’ai grave kiffé ma mère. Entre les balades sous les rayons du soleil, les belles robes d’été qui me mettaient en valeur (et pas ces vieux leggings qui me font 4000 bourrelets !) et les repas en terrasse je pense, honnêtement, que c’étaient les plus beaux jours de ma vie. J’ai vraiment un souvenir de plénitude pendant ces deux mois. Puis vint le troisième trimestre.

*TADADADAAAAAMMMMMM*

Qui a commencé magnifiquement bien par un voyage à Boston pour aller voir ma sœur. Voyage en voiture, à 7 mois de grossesse. A pas kiffé, a pas kiffé du tout même ! J’ai eu des contractions pendant tout le weekend, j’ai perdu du sang et bébé Fluffy a refusé de nous faire signe, bref, pas cool quoi. Ensuite, les douleurs et les petites pertes de sang ont continué sur plusieurs jours jusqu’à ce que j’aille à l’hôpital et qu’on m’annonce que j'étais entrée en pré-travail. Choueeeettteee… Ça veut dire que mon congé se termine plus tôt ? Non ? J'accouche ? C’est pas un petit peu trop tôt à 33 semaines ? Si ? Ah, mais je suis rassuré dites donc !

Première hospitalisation de ma vie et c’était la vie de mon bébé qui était en danger. J’avais les miquettes, je n’vous en parle même pas. Enfin si mais c’est une expression. 4 jours plus tard je sors (ENFIN) avec l’ordre formel de ne faire aucun effort. On était le 28 Août et je disais au revoir aux balades au soleil, au revoir aux restaurants sauf si on prenait la voiture, au revoir aux séances de piscine où toi et moi on jouait chacun dans notre eau. Au revoir paradis, bonjour l’enfer !

Mes 15 kilos en trop (5 en fait, puisque j'en avais déjà 10 au compteur) ? Je les ai chopé pendant ce mois où j’ai été assignée à résidence, comme une criminelle de bas étage ! Alors que je n’étais coupable que d’avoir voulu profiter de ma famille.

Cette retraite d’ermite n’a heureusement duré que 3 petites semaines puisque le lendemain de ma libération, le premier jour de ma 37ème semaine, j’ai perdu les eaux. Mais ça c’est encore une autre histoire…

 

 

Commentaire (0) Clics: 595

Quand il faut savoir s'arrêter

 

On m'a déjà demandé pourquoi je n'avais pas attendu d'avoir mon enfant pour organiser ce mariage ou bien d'avoir attendu d'être mariée pour tomber enceinte. En gros, pourquoi me suis-je embêtée à vouloir les deux en même temps au risque de devoir sacrifier l'un des deux ?

Et depuis que je me suis lancée dans ce projet, je me suis souvent posée la question, me disant dans ma tête "Ah, si je n'étais pas en congé...", "Si j'avais plus d'argent...". Mais en fait...

 

BULLSHIT

 

Croyez-moi, à part avec la fortune de Paris Hilton, votre mariage ne sera jamais parfait ! Pourquoi attendre quand on peut avoir les deux ?

Plus j'organise mon mariage, plus je pense à la déco et plus je tombe sur des blogs, des tableaux Pinterest, des idées décorations pour la salle, le repas, le bal, la cérémonie, etc... Ça n'arrête PAS ! J'ai constamment de nouvelles idées, inspirées par ce que je vois sur le net. Je me réveille la nuit car j'ai trop de choses qui tournent dans ma tête : vraies ou fausses fleurs ? Et si j'en mettais là ? Ah non, plutôt ici... À quand cela va-t-il s'arrêter ? Quand vais-je trouver THE idée ? 

Attention spoiler : jamais.

Vous ne serez jamais satisfaite, il y aura toujours quelque chose de mieux. Vos goûts et vos envies changent au fil du temps et dans un an vous vous direz "Ah ! Mais c'était cracra, ça ! Maintenant, j'aurais fait ça". Ouais, mais maintenant ce n'est pas hier et il faut arrêter de se dire qu'on va trouver la déco, l'endroit, le truc qui sera parfait et qu'on aimera toute notre vie parce si vous êtes perfectionniste comme moi, ça ne marchera pas. Il y aura toujours quelque chose à améliorer.

Sachant ça, j'ai décidé de ne plus me prendre la tête. Je regarde le budget que j'ai, je trouve une déco qui me plait dans ce budget et basta ! Dans 10 ans, plus rien ne me plait dans ma déco ringarde ? Eh bien je n'aurais qu'à refaire mes vœux ! Et, en attendant, elle me plait là tout de suite et c'est tout ce qui compte ! Parce que si vous attendez que tout soit parfait, vous ne vous marierez jamais, c'est moi qui vous l'dis ! (en même temps, vous êtes sur mon blog, ça peut pas être le voisin)

Mais je vous dis ça, ça fait une semaine presque que je ne dors plus à cause de ces fichues déco et c'est, je pense, le déclic dont j'ai eu besoin pour comprendre qu'il faut savoir s'arrêter. Qu'on ne peut pas tout faire, que dans 6 mois j'y serais encore car je trouverais TOUJOURS quelque chose de plus joli, de plus dans l'air du temps, etc... Ça n'en sera pas moins un super mariage, ce sera votre déco mais ce sera celle que vous avez voulu et aimez à l'instant T, ni plus ni moins. Et je pense qu'il faut vraiment savoir se contenter de ça au risque de louper le moment présent pour un futur hypothétique :)

 

 

 

 

Commentaire (2) Clics: 937