TAF : Se démaquiller à chaque instant !

Aujourd’hui, comme pas du tout chaque vendredi, je vais vous apprendre la deuxième règle de survie dans cette jungle que sont les autres, ceux qui ne se démaquillent pas. La première étant d’avoir toujours une paire de Louboutin sur soi.  Alors, observez de vos oreilles et écoutez de vos yeux les Trucs et Astuuuuuuces de la Faucheuse !

 

 

 

Alors, cette fameuse deuxième règle, qu’elle-est-elle ?  « À chaque instant son démaquillant ». Je sais que cela peut vous paraitre obscure, mais, ne vous inquiétez pas, je suis là. Tout de suite, je vous sens plus rassurées.

Analysons la première partie : « À chaque instant ». Que signifie "instant", de quels instants parlons-nous ? C’est simple, tous les endroits où vous pourriez avoir besoin de vous démaquiller. Chez vous, votre belle-mère, au fond d’une cave, etc… Je sais combien vous vous retranchez dans un autisme certain lorsqu’un membre de votre famille ou un « ami » vous parle de « venir quelques jours chez lui pour s’amuser ». Imaginer tout le stratagème que vous allez devoir mettre en place pour réussir à vous démaquiller dans une maison sans eau, sans électricité ou encore avec un lavabo de la taille d’une cuillère ne vous amuse guère.

De là, nous amène la deuxième partie « son démaquillant ». Je sens que vous commencez à comprendre que je vais vous révéler le secret ultime des filles toujours bien démaquillées alors que vous, vous n’avez trouvé qu’un pauvre coton sans lait/huile qui vous a arraché la paupière et n’a rien enlevé en plus ! Si vous comptiez séduire quelques gentils hommes au matin suivant, cela risque de n’être pas gagné avec des yeux de panda. Le matin, même les pandas sont moches, la vie est injuste pour tout le monde.

Tout d'abord, changez d'amis, votre vie sera plus simple. Choisissez-les assez fortunés pour vous offrir des bouteilles Shu Uemura mais pas trop sinon... Ils ne traineront pas avec vous !

 

Nous pouvons trier en deux catégories les « instants » : « Avec ou sans eau ? » comme le dirait Robert, la carafe au dessus d’un vert de Pastis.

Imaginons que, pauvre, vous n’avez déjà pas assez d’argent pour vous acheter un démaquillant, il est naturel de penser que vous n’en avez pas non plus pour l’eau et l’électricité. Alors, comment faire ? Il vous reste sûrement un peu d’huile de colza ou bien un reste de pâtes moisies, tant que c’est gras. Et pou rincer, soit vous faites ça quand il pleut et alors, si vous êtes bretons ou normands vous êtes chanceux soit il ne pleut pas et vous n’avez qu’à utiliser l’eau de la pluie que vous avez stocké dans une bassine dans votre jardin (Maintenant, vous savez à quoi sert celle de vos voisins !). Si vraiment, vous vivez dans le désert, sans aucune goutte d’eau à la ronde, vous pouvez toujours vous taillader une ou deux veines, point trop n’en faut, le sang c’est fait d’eau donc ça compte ! Pensez à panser la plaie, je dis ça comme ça.

 

Mais, si vous avez déjà de l’eau mais le démaquillant, le corps « gras » comme l’on dit souvent, vous fait défaut. Comment faire ? Vous n’avez pas de pâtes, vous mangez à la vapeur, le gras n’existe pas dans votre vocabulaire alors, j’ai la solution pour vous. Il vous suffit de prendre un bain ! Très chaud le bain, si besoin, faites un feu en dessous, faut que ça chauffe ! Le but est de vous faire transpirer, votre sueur servira de corps gras, c’est bon pour le moral votre régime et votre peau. Pour plus d’effets, pensez à saler, poivrer, c’est toujours mieux.

Et bien, voilà, nous n’avons presque plus de secrets les unes pour les autres donc vous pouvez maintenant me donner vos codes de carte de crédit, cela restera entre nous. Passez une bonne soirée et n’oubliez pas de vous démaquiller !

 

 

 

 

Commentaire (2) Clics: 1568

TAF : un repos bien mérité

Mais oui, mais oui, vous n'y croyiez plus mais je suis bien présente pour une nouvelle édition des Trucs et Astuuuuuuces de la Faucheuse !

 

 

 

Aujourd'hui nous allons bien appuyer sur quelque chose de très important pour être en forme intellectuellement mais surtout physiquement. Ne pas dormir n'aide pas pour atténuer les cernes. Vous pourrez toujours étaler l'anti-cerne à la spatule, si vous ne dormez pas vos yeux seront rouges et bien éclatés, votre teint gris/jaune (suivant ce que vous aurez fait la veille, bande de fripons) et vos cheveux tout raplapla !

 

Alors, dormez, faites une sieste !

 

 

 

À ce propos, l'est tard dis-donc, déjà 14h ? Allez bonne sieste !

 

Commentaire (2) Clics: 1900

TAF : Bien choisir son soutien

Aujourd’hui, nous sommes Vendredi et comme tous les vendredis (à peu de choses près, ne vous pignolez pas)  ce sont les Trucs et Astuuuuuuces de la Faucheuse.

 

 

Aujourd’hui je vais, humblement comme je sais si bien le faire, vous aider à bien choisir votre soutien.

 

« Mais de quel soutien parles-tu Grande et Intelligente Fluffy ? » vous entends-je murmurer comme une foule de junkys devant un dealer.

 

Mais de celui qui se trouve entre votre cou et votre nombril. Le meilleur ami de la femme mais qui peut aussi devenir son pire si on ne sait pas choisir le bon (comme au sexe, tout pareil).

 

Votre soutien doit couvrir toute votre opulente poitrine sans rien laisser dépasser sinon, à force, vous aurez mal (comme au sexe, tout pareil). Le conseil que l’on donne tout le temps c’est de regarder si votre sein dépasse sur le côté, près de l’aisselle, formant une bosse très disgracieuse. Si c’est le cas, vous vous êtes trompées.

Exercice : Cette femme a-t-elle bien choisi son soutien ?

 

 

 Source.

La réponse était non, évidement ! Je sais que vous avez toutes réussies sauf celle du fond, là bas, qui n’écoute jamais. bitch

 

En plus d’avoir mal à la fin de la journée, pauvre madame, niveau confort ce n’est pas le graal. Ça bouge, ça glisse et ce sont vos collègues qui vont être ravis ! (et moins leurs femmes) (c’est dangereux une femme jalouse).

 

Source.

Vous avez vraiment envie de passer votre journée à tenir votre soutien comme cela ?

 

 

Donc, retenez ceci : un bon soutien doit vous couvrir devant et derrière, comme dans l’exemple de cette femme, qui a tout compris  (si, si, ça arrive qu’une gonzesse écoute pour une fois):

 

 

 

 

 Source.

 

C’était un homme en fait, je me disais aussi… une femme qui écoute

 

Allez, joyeux vendredi et bon week end !!!

 

 

 

Commentaire (0) Clics: 1933

TAF : Déménager ses vernis au Canada

Aujourd’hui, nous sommes vendredi et comme tous les vendredis (sauf le dernier) (genre, déjà une exception ?!) ce sont les Trucs et Astuuuuuuces de la Faucheuse (TAF).

 

 

Aujourd’hui, c’est pas de la rigolade parce qu’on déconne pas avec un sujet vital pour nous les nailistas : déménager ses vernis sans les traumatiser.

 

Mais comment vais-je faire ?!?

 

Il y a deux types de déménagements : national et le reste du monde. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’à partir du moment où vous faites appel à un avion ou un bateau tout devient plus compliqué, le monde se ligue contre vous et vous n’avez plus qu’une envie, vous enterrez sous un stand Sephora avec vos précieux. Au moins là-bas, personne ne voudra vous les enlever !! Parce que vous passerez véritablement pour une folle à vouloir transporter autant de babioles inutiles (on s’entend bien, c'est inutile pour eux) sans parler de les posséder. Pour vous, j’ai testé.

Je n’aime pas ranger les gens dans des cases mais pour le coup je vais le faire : les grosses dingos qui ont plus d’une cinquantaine de vernis et les autres, les « normales ».

 

Les normales : que nous pourrions aussi appeler raisonnables, ont moins ou aux alentours d’une cinquantaine de vernis. Si vous êtes dans ce cas là, vous pouvez simplement prendre l’avion avec vos bébés dans votre valise, bien emballés évidemment, ne vous retenez pas sur le papier bulle, laissez parler votre créativité ! J’ai emporté de cette manière les vernis auxquels je tenais le plus.

 

Les folles : que nous allons continuer à appeler comme ça (parce que ça nous correspond bien), ont plus d’une cinquantaine et très souvent plus d’une centaine (et encore, je suis gentille) de vernis. Faut dire que quand tu commences à dépasser un certain nombre c’est limite si tu ne fais pas un bon de 50 à 100 sans t’en rendre compte. Et ça continue de grimper très facilement. C’est vicieux ces p’tites choses là. Dans ce cas là, tu fais emporter ta collection (parce qu’à ce stade c’est bien de cela que l’on parle) dans un conteneur par une entreprise de déménagement. Notez bien : ne vous laissez par berner par les esprits étriqués  de ces hommes qui ne comprennent rien à rien. Il est possible que l'on vous sorte que les vernis à ongles ne sont pas autorisés. FAUX, ils le sont totalement, ce sont les vernis du type laque, vernis à bois, donc des produits dits toxiques qui eux ne le sont pas. Nous avons vérifié (plutôt mon mec car j’étais déjà en mode désespoir, comment qu’on va faire, je bouge pas sans eux) auprès de la douane canadienne et de la compagnie maritime (nous c’est par bateau mais par avion ça marche aussi, on a vérifié) et vraiment aucun problème. Vous déclarez le nombre de pièces et vous faites une estimation (j’ai assez halluciné sur ce que j’avais mis comme fric là dedans) du total pour l’immigration. Tant que vous êtes claires sur le fait que c’est une collection, que ce sont des biens personnels qui ne sont pas destinés à la vente vous pourrez passer la douane les doigts dans le nez !

 

Après ce –léger– détail réglé, comment les protéger ? Je suis très fane du papier bulle (pour l’éclater après !) mais le papier velours anti humidité c’est cool aussi mais moins rembourré quand même. Pensez à bien emballer vos précieux avant car même si l’emballage est compris dans le devis de votre agence de déménagement, ils ne prennent pas le temps de le faire pièce par pièce. Ils prennent directement les boites, mettent du papier velours en boule pour empêcher les vernis de trop bouger et c’est tout. Si vous n’avez pas de boite de rangement ça sera mis dans les cartons directement donc faites Très attention sur ce point !!

 

Voilà, j’avais très envie de vous faire part de mon expérience car moi-même je n’ai trouvé personne pour répondre à mes questions et devoir appeler des administrations et étaler sur la place publique tes penchants vernièsques c’est gênant en plus d’être une perte de temps au milieu de toutes les autres démarches. Petit point perso, tout se passe bien, nous sommes arrivés sur le territoire dimanche 22 à 15h30 mais n’avons pu entrer au Canada que vers 19h. L’immigration fut très longue sans parler des douanes qui nécessitent pas moins de 3 bureaux. C’est un truc de dingue, j’ai bien cru finir par dormir par terre, sous les chaises à côté des chiens. Pour l’instant, nous prenons nos marques (dur dur de trouver ne serait-ce que de l’emmental), de visiter un peu, bref d’entamer notre nouvelle vie. Donc ne vous attendez pas trop à une déferlante d’articles sur le blog, j’en ai à la pelle mais pas le temps de corriger les fautes donc pas de publication !

 

Si vous avez des informations quant à un déménagement par avion sur un autre territoire c’est le moment de nous en faire part ;)

Commentaire (9) Clics: 1997

TAF : S'accepter soi-même

Aujourd’hui c’est vendredi et vendredi c’est spaghetti. Nan, focus Fluffy, vendredi  ce n’était rien avant mais maintenant c’est : les Trucs et Astuuuuuuces de la Faucheuse (TAF).

 

 

 

Après cette intro aussi décousue que mon esprit ET ma vie en ce moment (va essayer de déménager par avion 239 vernis ! Ton mec te prend déjà pour une dingue, il me chope le bras dès que l’on passe devant un Sephora (s’il savait, ce n’est pas là que j’achète le plus ;) (Quoiqu’il fait la même devant le Kiko, le bougre !)),  alors ne parlons pas des agents de la compagnie aérienne.  Je me sens incomprise ! ), intro qui au final n’explique rien du tout (mais ça c’est tout moi), nous allons parler de l’acceptation de soi. Pas le soi mental, ce que vous êtes dans votre tête, ça je veux pas savoir, nan le soi de votre corps, votre body. Parait que mettre de l’anglais dans ses textes ça fait plus new generation. Ce qui insinuerait que je n’en fais plus partie… Misère !

 

L’acceptation de soi, de son physique, est un vaste sujet qui, je pense, prend des proportions de plus en plus énormes de nos jours. On veut se battre contre ses diktats, en tout cas c’est ce que l’on dit aux gens quand on nous fait une remarque sur notre poids, mais on aimerait bien quand même changer un peu. Rôôô pas beaucoup hein, dit, juste une taille quoi, pour mieux respirer, ne pas être fatiguée en allant en course, toutes les raisons sont bonnes (cette phrase est une pure généralité et donc de ce fait complètement fausse, no offense).

Il est donc temps, enfin, que je vous fasse part de mes précieux conseils à ce sujet. Ici pas de miracle, pas de bobards. Il n’y que mon honnête honnêteté. Je ne vous dirais qu’une chose :

 

Acceptez-vous sinon votre cuisse ressemblera à ça lorsque, vous croyant plus fines, vous tenterez de vous faufiler par la porte entre-ouverte et que vous vous prendrez bien méchamment la poignée de la porte (même pas elle s’excuse, c’te bitch !).

 


Limite s’il n’y a pas le nom de l’hôtel gravé dans ma peau. Telle la vache du cheptel « Celles qui se croyaient minces alors que non ».

 

Je sais, tout ceci est une révélation pour vous. Respirez un coup, prenez une pause, ça y est, vous allez enfin pouvoir vous accepter !

 

Si tu n’as rien compris à cet article alors tu peux commenter. Si tu fais toi aussi partie du cheptel, raconte nous ton histoire. Si tu penses que  mon hébergeur devrait me censurer, commentes et si tu n’as rien à dire, commentes aussi. :)

Bon Week End !!!!

Commentaire (6) Clics: 1948