J'ai fait le choix d'en faire

 Faire des choix ce n’est jamais simple. Ce n’est pas parce qu’une situation est de notre fait, de notre « choix », qu’elle ne nous affecte pas. On peut assumer nos choix tout en ayant mal de faire ces choix parce que c’est avoir mal maintenant pour ne pas avoir mal plus tard.

 

Les droits se fêtent quand ils sont acquis

C'est une règle d'or. Tu ne fêtes pas ton Bac avant de l'avoir eu, déjà ça porte malheur et puis ça donne un peu l'image "J'arrête les efforts, c'est bon les gars JE l'AI EU". Ouais mais non.

 

Source.

 

De comment j'ai ouvert les yeux (c'pas trop tôt)

Je ne m’appelle pas Marie. Ça se saurait si je m’habillais en bleu, si j’avais toujours ma virginité (je rigole intérieurement rien qu'à cette idée) et si je me trainais un mioche à longueur de journée.

 

Franchement, je n’aurais pas aimé être elle, ça ne devait pas être une vie facile que de passer toujours après son fils. Même pas on lui demande si son épisio ça va ou si elle a réussi à allier congé maternité et boulot. Nan, pour sûr, une vie pas facile.

Je m’appelle Fluffy et je ne suis pas une sainte. Pour certaines, j’en ai les défauts et à celles-là je vous conseille la petite croix en haut à droite, ça sera beaucoup plus simple pour vous comme pour moi !

 

Et si...

« Do you know where you’re going to ? » me susurre Mariah à l’oreille. À vrai dire, pas vraiment. J’ai fui mon pays pour me reconstruire ailleurs, vivre une nouvelle vie, être une nouvelle moi, fonder cette famille dont j’ai toujours rêvé mais dont on m’assurait que la pouilleuse que je suis n’aurais jamais. Est-ce là une bonne raison de partir ?

Les fins d’années ont toujours été pour moi des moments particuliers où le temps est différent. Seuls moments où je voyais mon père, non pas un avec sourire faudrait pas déconner quand même, sans grimaces sur le visage. Détendus, des amis à la maison, nous ressemblions à une famille « normale ». Y repenser me fait toujours me rendre compte combien je n’étais pas à l’aise, alors que je le voulais tellement, dans cette ambiance de fête qui n’en était pas une. Comment rigoler avec des gens que tu ne connais pas/n’aimes pas ? Comme une sauce aigre-douce un peu trop aigre, ces souvenirs me laissent mi-figue mi-raisin. C’est aussi l’occasion pour moi de repenser à ma vie passée et future, ce que j’ai fait, d’où je viens et où je vais. Quand je suis allongée dans le noir, les loupiottes de ma guirlande électrique éclairant l’appartement, j’ai l’impression d’être dans un autre monde, un monde où j’ai le droit d’imaginer ce que je serais si…

 

Violence ordinaire

(Merci au Loup pour ce titre si équivoque)

 

Harcèlement scolaire.

Harcèlement de rue.

Harcèlement morale, physique… Avec le cancer, c’est le nouveau mal de notre siècle et de notre génération surtout. Pas que ça n'existait pas avant mais juste qu'on en parle, enfin.