Ma nouvelle lubie du moment : les albums photos

Je suis de cette génération qui est née avec les photos sur papier mais qui a grandit avec des photos numériques. Quand j'ai été en mesure de prendre des photos, c'est à dire fin de mon adolescence, c'était avec un appareil numérique : il fonctionnait à piles, oui, oui, le gouffre financier que c'était, 3 piles par photo prise #sansexageration. Je ne voyais pas d'intérêt aux photos papiers avec la prise d'espace, le désagrémment de les déménager avec nous  et le coût de faire imprimer ses photos, voir les imprimer soi-même (pas merci la cartouche d'encre PLUS CHÈRE que l'imprimante elle-même)

Pis j'ai vieilli. Mlle Fluffy est devenue Mamie Fluffy et maintenant je ne jure que par les albums photos.

 

 

 

La question c'est pourquoi ? Qu'est-ce qui m'a fait changé d'avis ? Et qu'est-ce que je fais des défauts dont je parlais au dessus ? Alors, prenons point par point:

  1. Mea Culpa, je ne suis pas complètement passée du côté obscure de la force des photos sur papier, je ne vis pas dans un 1000 m2 donc ça limite les choses. J'ai décidé de consacrer 1 album et 1 seul à différentes choses de ma vie : moi (pour garder des souvenirs pour quand je serais encore plus vieille que maintenant), mes filles (elles en ont chacune un) et mon mariage. Pour l'instant, je ne me vois pas en faire plus et vu à quel point c'est chronophage ce bordel on va éviter de se lancer dans 1 milliard d'albums en même temps.
  2. À la question "pourquoi ?" J'ai envie de répondre "parce que" (ça me fait beaucoup rire) mais surtout parce que je ne regarde pas mes photos sur l'ordi. C'est très rare que je me dise, hey tiens ! Viens là que j'aille faire un tour (dans ma benzbenzbenz) dans les 300 milliards de millions de photos que j'ai pris de nos vacances, du mariage, de nos filles, etc.... C'est le problème principal des photos numériques, on en a TROP ! Le fait de ne pas avoir de limite de stockage rend le tri compliqué, on ne le fait pas de suite (GRAVE erreur), on accumule les clichés pendant les événements et après on ne s'en sort plus. Sauf que, j'ai eu envie de profiter de mes photos mais impossible dans l'état. C'est là que le choix des albums s'est imposé.
  3. Par rapport aux défauts, ils n'ont pas disparus, je m'en accomode juste. Déjà, je ne fais pas trop d'albums, je n'en ai que 4 pour l'instant. Au final, ça reste très négligeable à déménager (surtout en comparaison de ma collecton de vernis et de palettes de maquillage #hypocrite) et j'espère m'en tenir là en terme de stock. Voir un 5ème pour notre couple si je ne l'intègre pas déjà à l'album qui me concerne #meMyselfandI

Comme quoi, on dit toujours qu'il ne faut jamais dire jamais et ça se vérifie tous les jour. En tout cas pour moi #missgirouette. J'avais dit jamais de compte commun, jamais d'enfants, jamais de mariage... Si un jour je fais cette lettre à mon moi-même de 16 ans je n'ecrirais que 2 choses : TA YEULE.

Je sais que certainEs ont du mal avec les albums car iels ont peur de ne pas s'arrêter, de ne pas savoir se limiter. Je sais aussi qu'il existe des albums style scrapbooking qui ont des cases et qui formatent un peu le processus (ça aide beaucoup quand on ne sait vraiment pas où aller) mais ce n'est pas ce que j'ai choisi. J'ai préféré y aller avec un album classique, du papier noir car je touve ça très classe et aucun espace photo prédéfinis. Je voulais une page libre pour laisser mon inspiration du moment me guider (et parce que je n'y mets pas que des photos). Je les ai choisi avec beaucoup de pages car, je prends l'exemple de mes filles, je n'en ai qu'un pour "toute leur vie". C'est à dire de ma grossesse à leur 20 ans puisqu'après j'estime qu'elles pourront se faire un album  à elles si elles le veulent. Elles ne vivront peut-être plus avec nous à ce moment là et donc continuer de tenir un journal de photos quand on ne fait plus vraiment partie de la vie de la personne concernée c'est compliqué. Donc, les deux dernières pages sont prévues pour leur 20 ans, la dernière grosse fête qu'on leur organisera avec leur père et après bah... Elles vivront leur vie ('tain j'ai envie de chialer juste en écrivant ça alors qu'elles n'ont que 2 ans et 8 mois. Calme toi la reum).

Puisque je suis limitée à un album, j'ai déjà délimiter les pages, à quelle année elles font références, etc... Ça m'évite de mettre 10 photos pour le même évenement, ,ca  m'oblige à me cadrer. Ensuite, comme je l'ai dit plus haut, je n'y mets pas que des photos, les cartes de voeux qu'elles ont reçu ou bien nos tickets de métro pour notre voyage de noces, des souvenirs tout aussi importants. Avoir une page libre ça me permet de disposer mes éléments comme je le sens. Et après, c'est là qu'intervient la partie la plus fun du processus : la customisation.

J'ai jamais été douée de mes 10 doigts mais avec cette envie d'albums photos, de beaux albums photos, j'ai eu envie d'en faire quelque chose de particulier. De ne pas juste coller des photos mais aussi de les décorer. De rendre le feuilletage amusant ou émouvant. J'ai donc depuis des mois constitués un stock de washi tape, autocollants, tampons (encreurs hein) et autres joyeusetés qui me permettent d'accessoiriser mes petites photos. J'ai une grosse boite prévue à cet effet et j'ai de quoi, je pense, washitaper ma maison entière.

Ça a un côté délassant, calmant, me concentrer sur un album, découper ma photo, la coller et mettre les coins noirs c'est mon idée de l'activité détente. Je suis très concentrée pour ne pas faire de bêtise et je ne pense à rien d'autre. En plus de m'offrir de jolies choses à regarder plus tard je m'offre des moments de presque méditation où les soucis n'ont pas leur place.

Et vous, avez-vous une passion, un activité prenante dans votre vie ? Peut-être du sport, de l'art, la cusine peut-être ? Je serais ravie que vous me partagiez ça en commentaire. À la prochaine !

Un dernier mot ?


Code de sécurité
Rafraîchir