Un ticket pour la Grande Roue ?

 

Quelle est cette sorcellerie qui fait que je me trouve grosse nue et mince habillée ? Pourquoi ai-je l'impression d'avoir pris 10kg en enlevant mon pantalon ? Pourtant, vu la grue que j'utilise pour y rentrer ça devrait être l'inverse...

 

Récemment, j'ai décidé d'en finir avec mes bijoux entassés n'importe comment dans des boites, conséquences de nombreux déménagements sur de courtes périodes. Ni une ni deux, je parcours mon ami zon-zon et je trouve un grand miroir équipé de rangements à l'intérieur. LE truc dont j'ai toujours rêvé enfant, le grand miroir de princesse, celui où je me pavanerai dans mes belles tenues. Dans la réalité, je passe devant sans même regarder, je préfère éviter de voir ça dès le matin... #lavraievie

 

 

Donc, depuis 2 semaines, ce graaaand miroir trône dans notre chambre, juste à la sortie de la penderie. Impossible de ne pas voir mon reflet même du coin de l'oeil. Et quel reflet...

Cette deuxième grossesse ne m'a pas épargné. Non, plus exactement, je ne me suis pas épargnée pendant cette seconde grossesse... Car le problème vient de moi. Les kilos ne se baladaient pas dans la rue, ils m'ont vu pis ils se sont dit "Sus à la Fluffy !!!".

 

J'ai bouffé comme 4.

J'ai pris du poids.

Je me suis mise dans cette situation.

C'est donc moi qui vais m'en sortir. Moi et moi seule.

 

J'avais commencé à me reprendre en main (il y aurait beaucoup de choses à dire sur cette expression...) avant les vacances en France. J'avais perdu 2 kilos à peux près, je rentrais mieux dans mes pantalons, je me sentais mieux, j'étais dans une belle côte de positivisme. Pis les vacances. Pis la fatigue, les déplacements de maison en maison, les repas gargantuesques et terriblement longs comme seules les familles françaises savent le faire. Je suis revenue, j'avais tout repris sauf la motivation. Celle-là elle était partie loin, loin, loin ! Je ne sais pas pour vous mais je fonctionne  comme une route de montagne. Je monte, je monte, je monte, je suis heureuse, positive, je clanche mes tâches, je suis productive, je suis bienveillante avec mes enfants et je ne grignote pas -> perte de poids. Pis la descente arrive, parce qu'une route, ça ne fait pas que monter, jamais. Je suis fatiguée, je mange toute le temps, je ne fais rien de mes journées, je me punie mentalement de faire ma loque, ce qui me démoralise encore plus et je m'enfonce, et je m'enfonce jusqu'à me dire que je n'arriverais jamais à m'en sortir. Pis ça repart !  On grimpe, on sourit, on arrive à faire pleins de choses dans une journée, on est fier de nous, etc.., etc... La Grande Roue de ma Petite Vie.

Et en même temps, serais-je aussi fière de tous mes efforts, de tous mes progrès, de toutes ces choses accomplies si je n'étais pas passée par une période "down" ? Je ne crois pas. C'est comme si mon cerveau sentait que la routine s'installe et qu'il descide de faire sauter les plombs pour mieux rallumer la lumière après.

Alors voilà, depuis hier (ça commence TOUJOURS les lundi) je grimpe. Mes ongles sont faits, même ceux des pieds ! Je me sens belle, je me sens bien, je me maquille et j'écris des articles.

Mais jusqu'à quand ?

 

Un dernier mot ?


Code de sécurité
Rafraîchir