Au départ !

 

Dimanche dernier, j'ai eu envie de mettre mon corps au défi (sûrement inspirée par la nouvelle saison de Koh Lanta). Mais, plus que mon corps, c'était une partie bien précise de celui-ci que j'avais dans le colimateur : mon périnée.

 Ça va faire plus d'un mois que j'ai terminé les séances avec ma physiothérapeute donc, dans la théorie, ça fait plus d'un mois que je peux reprendre toutes les activités que je faisais avant ma grossesse. En théorie, parce qu'en pratique, quand je fais des jumping jack, je mets toujours ma main entre mes jambes pour m'empêcher de faire pipi (très pratique, vous l'avouerez). Quand je dois sauter, je retiens mes mouvements au cas où tous mes organes auraient décidé de s'enfuir de mon corps (c'est physiquement pas possible mais quand même !). Bref, mon corps était prêt mais ma tête non. Et j'ai décidé que ça ne serait plus le cas.

J'ai enfilé au pied-de-biche mes anciennes affaires de sport, -6° alors on déconne pas trop, hein : écharpe, gants et sous-vêtements en polaire. J'ai chaussé mes Asics que mon mec m'a offert au tout début de ma grossesse à New York en lui promettant "Si ! Si ! Je continuerais la course, même enceinte !" (vous me permettez un petit lolilolage ?) et j'ai fermé la porte derrière moi, scellant mon destin du même coup.

Bon, on ne s'emballe pas, j'ai couru à peine 30 minutes, j'y ai laissé mes poumons dans l'bordel et deux jours après je tentais encore de m'en remettre. Mais, j'ai couru ! Enfin, après 1 an et 3 mois, j'ai putain de couru sa mère ! (Bonus, entre dimanche et aujourd'hui, j'ai couru avec notre nouvelle poussette jogger de Graco et c'était pas mal cool ! Je faisais des bruit de pneus qui crissent dans les tournants et de moteur qui gronde dans les lignes droites et mademoiselle Fluffy avait le sourire jusqu'aux oreilles. Les gens me prenaient pour une dingue mais ça, ça change pas beaucoup de d'habitude :p)

Je ne saurais comment décrire ça mais quand j'ai allumé mon portable sur la liste de musiques que j'écoutais quand je courais encore, une nostalgie s'est emparée de moi. Mais une nostalgie qui m'a fait sourire plus que pleurer. Ça m'a donné des ailes et j'ai commencé la course sur les chapeaux de roues en faisant des sauts de biches. Ce qui qui explique sûrement la perte des poumons sur le trajet, maintenant que j'y pense. C'était vraiment une sensation bizarre et, alors que j'ai re-couru entre-temps bah.. Ça me fait la même chose. En moins fort mais, dès que j'allume mon mp3, les souvenirs des courses remontent à la surface.

Je ne sais pas quand ça va s'estomper, je ne sais même si j'en ai envie mais je suppose que ce n'est pas moi qui décide. J'espère me recréer de nouveau souvenirs, faire de nouvelles courses ou refaire les anciennes, courir dans le noir, le soir d'halloween avec ma sœur, courir sous la pluie, sur la neige, dans le vent, courir pleine de peinture pour la Color and Run, bref, j'ai envie de prendre ce nouveau départ avec le sourire et de ne pas m'arrêter cette fois. Alors, tu cours avec moi ?

 

Ajouter vos commentaires

0 / 1400 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 1 et 1400 caractères

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Propulsé par Komento