Le temps passe mais le gras reste

 

Le temps qui passe est un sujet qui obsède beaucoup de personne. Je dis beaucoup car il y en aura toujours pour s'en ficher et ils ont bien raison ! Mais pour les autres, nous qui voyons défiler les jours en essayant d'en retenir les heures, qu'en est-il de nous ?

 

J'vais vous l'dire, on s'fait bouffer ! À force de regarder en arrière on loupe ce qu'il se passe juste devant nos pieds et PAF ! On marche dans une merde (et pas du pied gauche, hein) ou bien on reprend 6 kilos comme ça, facile, ni vu ni connu. Mais d'où viennent ces squatteurs ?

 

 

Êtes-vous passés par la grande porte, en sonnant et en vous essuyant les pieds ou bien vous êtes-vous introduit en catimini sur mes cuisses ? Je le savais, j'aurais dû fermer mon estomac cette nuit-là !

 

Mais bon, puisque vous êtes là, restez dormir pour la nuit, on va causer un peu.

 

De vous à moi, ça ne va pas être possible. Je sais qu'il fait froid dehors, la période d'hiver arrive et je ne souhaite pas me faire piéger avec vous sur les bras pour toute la saison. Comment je vais au ski, hein ? J'achète une luge XXL et je me trouve un deuxième mec pour qu'ils arrivent à me -nous- trainer sur les pistes ?

 

Non, il est préférable que votre présence ne dure pas trop longtemps, pas que je ne sois pas heureuse de recevoir de la visite, hein, je suis une hôtesse très accueillante, toujours avec le sourire mais il est mieux pour vous de partir. Bientôt genre demain. J’ai déjà posé vos valises en bas des marches, vous pourriez faire ça demain matin, discrètement, je ne vous entendrais même pas. Ce soir, on se ferait la bise en se souhaitant une bonne nuit et l’on se dirait "À la prochaine !" (ou pas).

 

Non, vraiment, ça ne sert à rien d'insister, c'est mieux pour vous. C'est à vous que je pense en premier, voyez comme je suis altruiste ! Il faut savoir couper le cordon du Big Mac, vous devez glisser de votre propre gras dans le monde adulte, vous ne pouvez pas rester cachés à la maison, comme ça, ce n'est vraiment pas raisonnable. Vous ne voulez pas fonder une famille ?

 

Non, non, oubliez ce que je viens de dire, je n'ai pas envie de me retrouver avec des petits en plus sur le cul  les hanches. Des amis peut-être ? Vous n'avez pas envie de voir du pays ? La voisine a un super canapé, vous y seriez très confortables (et sans vouloir insister, vous y trouveriez pleins d'autres copains comme vous, si vous voyez c'que j'veux dire).

 

Je vois que vous êtes coriaces, vous ne vous laissez pas démonter comme ça. Vous me faites penser à cet oncle un peu (beaucoup) pique-assiette qui se rappelait à notre mémoire lors qu'il avait faim. Mais un jour, on ne l'a plus revu, peut-être qu'un de ses hôtes « forcés » en a eu marre et a fini par l'embrocher avec un cure-dent pendant l'apéro. Voulez-vous vraiment que cela finisse comme ça ? Ce serait dommage de se dire au revoir d'une telle façon. Mais puisque vous ne voulez pas changer d’avis...

 

Sus au gras !!! (Mais avec le sourire, hein !)

 

 

 

 

Un dernier mot ?


Code de sécurité
Rafraîchir