On se marie ! C'est le repas de votre vie !

 

Entre deux « Je vais divorcer, CONNARD ! » et « On n’est pas encore mariés alors casseuh toi ! », nous tentons (enfin, JE tente hein, l’autre subit) d’organiser ce qui semble être pour tout le monde le plus beau jour de notre vie. Ça va, ça fout pas la pression déjà !

Les sommes déjà engagées constituent un joli pactole que l’IFS ne bouderait pas, voyez-vous. Quelles sommes, vous demandez-vous, avides que vous êtes de savoir si oui ou non il y aura une sculpture en cochonou au centre de la salle. La salle déjà mais, et surtout, le traiteur ! C’est notre première dépense dans le budget total et on visualise tout de suite qui on est quand on voit qu’on paye plus cher de bouffe que de lieu. Assis par terre OK mais avec du caviar ! Je n’en ai pas encore parlé ici, je m’en vais donc de ce… Tapage au clavier ? Y remédier.

 

Avertissement : mon mariage n’étant pas encore passé, je vous parle de prestataires avec lesquels je n’ai communiqué que par mails, que je n’ai jamais vus et si ce sont des charlatans, je ne le sais (hélas) pas encore. Alors, on se calme dans les commentaires !

 

La bouffe, chez nous, c’est le goût (cette réforme ne passera par moi !) c’est sacré. On ne négocie pas avec les terroristes que sont nos estomacs. C’est pour ça qu’on est prêt à dépenser 1/3 de notre budget mariage pour les satisfaire.

Je suis végétarienne et mon mec vivant en osmose avec moi (quand on ne s’engueule pas, quoi), il l’est aussi. Sauf au restaurant ou chez les amis. C’est déjà ça me direz-vous ! La place accordée aux plats végé était donc importante à nos yeux, ne voulant pas revivre le gâchis gustatif du dernier mariage auquel nous fûmes conviés : légumes à la vapeur sans sel, ketchup maison (nan mais du ketchup à un mariage…) et purée. Ouais, on espère qu’ils n’ont pas payé pour ça… Mais nous n’avions pas dans l’idée d’offrir un repas entièrement végé c’est pour cela que nos recherches se sont concentrées sur des traiteurs parisiens pas trop chers avec comme demande de nous proposer un buffet froid-chaud moitié végé, moitié carné.

Sauf que. Sauf que la viande, ça rack un max ! En en incluant dans le repas, ça limitait les choix végé ou alors la note montait, montait, mont… Enfin, vous voyez quoi. Bref, #TeamRadin un jour, #TeamRadin toujours, la viande fut supprimée du menu (chez les viandards-vineux de la belle-famille, ça a couiné sévère !). De là, se posait La Question : devait-on chercher un traiteur exclusivement végé ou bien continuait-on avec ceux déjà trouvés ? (En excluant ceux qui nous proposaient des sculptures en cochonou, faut pas déconner non plus !) Ça me tentait bien d’avoir un pro qui ne nous proposerait pas une macédoine (véridique) (les mêmes qui proposaient les cygnes en salami, cela dit) mais le végé estampillé végé coûte aussi cher si ce n’est plus que la viande.

Retour à la case départ, je recontacte les premiers traiteurs et je modifie mon devis en leur demandant du tout végé pour le même prix. Et là, c’est la révélation, celle qui fait palpiter ton cœur, griller ton pacemaker et trembler tes zygomatiques. Ils s’appellent Champagne et Cerise, sont dans le 95 et ils sont concernés par la cause animale.

Je comprends bien que pour faire marcher leur business ils acceptent toute sorte de contrat mais devant ma demande ils se sont emballés ! Ils m’ont fait comprendre en quelques mots leur accord avec mes principes et ont trouvé un chouette défis dans ce que je souhaitais. Au final, j’ai un menu original (que je ne dévoilerais pas, bande fouinasses !), aux saveurs variées mais pas étranges (pas de tempeh ou tofu), plusieurs choix de salades et de plats car en baissant le prix des ingrédients on a pu augmenter les quantités et un vin d’honneur qui change des petits fours habituels !

Les recherches auront été moins longues que pour la salle mais il est plus facile de trouver un menu copieux à moins de 30 euros(même sur Paris) (pour moins de 20 vous avez la saucisson partie !) alors qu’il est quasi impossible de trouver un salle à moins de 5k (en dehors d’une cave dans le 93) (qui sont peut-être fort jolies, je ne sais pas).

Que du bonheur, j’ai envie de vous dire ! La salle et le traiteur bouclés à 2 ans du jour j, cela nous laissait laaaargement le temps d’organiser tout le reste. Temps que nous n’avons pas pris (sauf à procréer ce qui a donné bébé fluffy entre temps) (c’était couru d’avance en même temps) et à 6 mois même pas, rien n’est prêt !

Lolilol. Passez-moi une corde, putain !

 

Ajouter vos commentaires

0 / 1400 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 1 et 1400 caractères

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Propulsé par Komento